Le webzine de la kinésiologie

Médecine traditionnelle - Definition

Les formes de soins traditionnels englobent un éventail de techniques, de connaissances et de convictions concernant le bien-être et la santé. Elles font fréquemment appel à des remèdes naturels issus de la flore, de la faune ou de sources minérales. De plus, ces pratiques s’ancrent souvent dans des croyances spirituelles et des concepts culturels ancestraux.

Il est crucial de souligner que ces méthodes ne sont pas reconnues comme des professions médicales légitimes, bien qu’elles soient souvent désignées sous le terme de « médecine ».

Ces approches non conventionnelles de la santé sont particulièrement courantes en Afrique et en Asie. En Afrique, par exemple, environ 80 % de la population utilise ces méthodes pour les soins de santé de base. En Chine, près de la moitié des traitements médicaux sont basés sur des remèdes à base de plantes.

Les praticiens de ces formes de soins tirent souvent des éléments de diverses méthodes alternatives, comme la stimulation de points d’acupuncture ou d’acupression, notamment en vigueur dans la médecine chinoise traditionnelle. Axée sur des techniques de massage et la compréhension des méridiens énergétiques, cette pratique vise à harmoniser l’énergie du corps.

Dans les sociétés modernes, ces approches sont souvent étiquetées comme « thérapies complémentaires ». Les méthodes qui mettent l’accent sur les mouvements et l’équilibre énergétique du corps sont particulièrement populaires. À titre d’exemple, la kinésiologie utilise des tests musculaires pour déceler des obstructions émotionnelles, telles que le stress ou les traumatismes.

Il est essentiel de noter que le kinésiologue ne fait pas de diagnostic médical, ne prescrit pas de traitement, de médicaments ou de régime alimentaire et n’encourage pas l’arrêt de traitements médicaux en cours. De plus, il rappelle à ses clients qu’il n’est pas un professionnel de santé et qu’une consultation médicale est nécessaire pour tout symptôme. Enfin, le kinésiologue s’abstient de présenter sa pratique comme une forme de guérison et évite d’utiliser un vocabulaire médical dans ses communications.